Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Retour
Disparition de Bertrand Tavernier, le Blues

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Disparition de Bertrand Tavernier, le Blues

Il faisait vivre le cinéma, il était le cinéma, il était aussi la culture, toutes les cultures.

Alors que les fictions de télévision sont souvent considérées comme des œuvres de simple divertissement, Bertrand, en érudit éclairé, savait reconnaître l’authenticité d’une voix de créateur, d’où qu’elle vienne.

Quand je l’ai rencontré la première fois, il venait d’achever le tournage de « Ca commence aujourd’hui », mais la discussion s’est vite orientée vers une série TV qu’il venait de voir,
« Le lyonnais », un épisode réalisé par Michel Favart qu’il ne connaissait pas encore :
« C’est très bon ! On ne devrait pas réduire ces films de qualité à un pseudo sous-genre. »

Et c’est tout naturellement que nous nous sommes mis à parler de jazz, en évoquant le chorus de saxophone de Michel Portal sur « Le mal de vivre » de Barbara. Le jazz, comme toutes les musiques du monde, une autre de ses grandes passions !
Un mail, ou un appel de Bertrand, c’était toujours le plaisir de cette curiosité insatiable :
« J’ai découvert Treme de David Simon, c’est magnifique… Show me a hero est d’une originalité rare…Tu devrais regarder cette série indienne… C’est passionnant. »

Sa mémoire phénoménale s’étendait bien au-delà du cinéma. Et la puissance de ses passions et de ses révoltes, faisait de Bertrand le plus ardent et le plus brillant défenseur des combats pour la reconnaissance des auteurs et de leurs œuvres.

Sa voix forte, tonitruante, résonnera longtemps, cette voix qui disait, « Si vous voulez vous faire entendre des décideurs, financiers, politiques, parlez tels que vous êtes, comme des auteurs, racontez votre histoire, la sincérité de vos récits est l’incarnation de votre force. »

Je n’ai jamais rencontré personne qui, autant que lui, savait reconnaître et mettre en valeur l’âme et la chair nichée dans un film, une série, un roman, une musique, un spectacle vivant…toute forme de création artistique.

Sa disparition laisse la place à une immense tristesse…Le Blues.

Laurent Lévy

Consultez également
Cavalier Seul de l'Audiovisuel (C.S.A.)

Cavalier Seul de l'Audiovisuel (C.S.A.)

Depuis plusieurs années, la mobilisation des professionnels de la création et des pouvoirs...

14 décembre 2021
BLUWAL, l'insolent

BLUWAL, l'insolent

Communiqué U2R du 26 octobre 2021Marcel, personne ne pourra jamais le faire taire.Il n’est pas...

26 octobre 2021
Audiovisuel : un "âge d'or", mais pour qui ?

Audiovisuel : un "âge d'or", mais pour qui ?

Communiqué du 26 octobre 2021Dans un secteur qui génère plus de 340 000 emplois et qui...

26 octobre 2021
LA GARRD et U2R SONT UNIS

LA GARRD et U2R SONT UNIS

Création de l’intersyndicale des réalisatrices et réalisateurs La Garrd, syndicat des...

15 septembre 2021
Hommage à Marion Sarraut

Hommage à Marion Sarraut

Marion SARRAUT est décédée le lundi 12 juillet 2021 et notre peine est immense. Nous...

16 juillet 2021
HOMMAGE A JULIEN ZIDI

HOMMAGE A JULIEN ZIDI

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que les réalisatrices et réalisateurs de U2R ont...

11 mai 2021