Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Retour
Présidentielle 2022 : que veulent les réalisateur·rice·s?

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Présidentielle 2022 : que veulent les réalisateur·rice·s?

Les réalisateur·rice·s unis dans l’Intersyndicale - Garrd et U2R - interpellent les candidats à l’élection présidentielle et présentent leurs propositions regroupées sous 5 thématiques protéger les réalisateur·rice·s de documentaires, de reportages, de fiction et d’animation, défendre l’accès à l’information, garantir l’accès effectif des réalisateur·rice·s à leurs droits sociaux, assurer l’avenir de l’audiovisuel public et soutenir les négociations interprofessionnelles.

Parmi ces onze propositions, l’Intersyndicale appelle à l’instauration d’un salaire minimum conventionnel puis d’un système dérogatoire pour les documentaires à économie fragile. Rappelant que les réalisateur·ice·s de l’audiovisuel sont la seule profession à ne pas disposer de salaire minimum, elle estime que les négociations en cours depuis 22 ans ne pourront aboutir qu’avec l’appui des pouvoirs publics.

Au nom de la défense de la liberté d’information, la Garrd estime que les réalisateur·rice·s de documentaire d’information ou de reportages en lien avec l’actualité doivent pouvoir obtenir la carte de presse et ainsi bénéficier de la protection y afférente. Selon elle, une clarification des attributions des Comités d’éthique est nécessaire en vue d’une protection effective des réalisateur·rice·s et journalistes.

Rappelant la complexité du double-régime auquel sont soumis les réalisateur·rice·s, source de méconnaissance et de défaillance par les organismes sociaux, l’Intersyndicale réclame une amélioration des dispositifs de protection sociale et la sécurisation du régime de l’intermittence. Pour la Garrd, il est également urgent de protéger les journalistes indépendant·e·s des conséquences de la réforme du chômage.

Elle s’oppose à la suppression de la redevance qui devrait au contraire selon elle, être assortie d’une dotation plus importante de nature à garantir l’indépendance de l’audiovisuel public ainsi qu’une réelle ambition pour son offre numérique.

Enfin, l’Intersyndicale souligne l’importance des négociations interprofessionnelles en cours (rémunération en droits d’auteur, obligation de transparence…). Faute pour les organisations d’être parvenues à un accord en mai 2022, elle demande l’engagement du prochain gouvernement à favoriser la poursuite des négociations.

Documents
icoPaperclip32Dark CPU2RGARRD240322.pdf
Consultez également
Pour un financement de la redevance juste et pérenne

Pour un financement de la redevance juste et pérenne

Le Sénat se prononcera le 1er août au soir sur la suppression de la redevance votée au...

29 juillet 2022
L'Audiovisuel public mérite un débat sérieux !

L'Audiovisuel public mérite un débat sérieux !

Tribune de l’intersyndicale de l’audiovisuel public et des organisations professionnelles du...

18 juillet 2022
Réalisation fiction - Etudes U2R sur les diffusions

Réalisation fiction - Etudes U2R sur les diffusions

Etat des lieux 2020/2021Les réalisateurs de fiction audiovisuelle, regroupés au sein du syndicat...

9 juin 2022
Audiovisuel public : une urgence médiatique !

Audiovisuel public : une urgence médiatique !

Communiqué U2R du 13 mai 2022Emmanuel Macron n’a pas encore nommé son premier ministre qu’il...

13 mai 2022
Les cinéastes ukrainiens au front

Les cinéastes ukrainiens au front

Pourquoi nous nous battonsProjection-rencontre Grand Action 26 mars 2022 19h30Depuis la brutale...

23 mars 2022
Pour un audiovisuel fort et indépendant

Pour un audiovisuel fort et indépendant

Communiqué du 9 mars 2022Monsieur le candidat à l’élection présidentielle,Une épidémie mondiale...

9 mars 2022