Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Retour
Audiovisuel public : une urgence médiatique !

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Audiovisuel public : une urgence médiatique !

Communiqué U2R du 13 mai 2022

Emmanuel Macron n’a pas encore nommé son premier ministre qu’il annonce la première mesure d'envergure de son second mandat. Un second mandat censé être rassembleur, prenant en compte la menace climatique et la guerre qui frappe notre continent…

Quelle est donc cette première mesure annoncée dans l’urgence ? Un investissement massif dans le solaire ? Un envoi d’armes de pointe à l’Ukraine ?

Non, cette première mesure est la suppression de la redevance audiovisuelle. S’attaquer à un des piliers de notre démocratie, c’était une urgence qui nous avait échappé. Malgré l’opposition unanime de l’ensemble du milieu culturel, voilà donc la première mesure de Macron II. Celle d’un homme qui impose, unilatéralement, une décision d’un populisme honteux, dans un des pires moments de l’histoire de l’Europe.

Justification : « La suppression de cet impôt rendra du pouvoir d’achat à hauteur de 138 euros par an (chiffrage pour la France métropolitaine) à près de 23 millions de foyers redevables ». Supprimons l’hôpital, l’école, la justice, l’armée et les Français ne paieront plus un kopeck. Quel gain de pouvoir d’achat !

Mais ne paniquons pas car, en même temps, « le financement de l’audiovisuel public sera assuré dans le respect de l’objectif à valeur constitutionnelle de pluralisme et d’indépendance des médias. » Finalement ce financement viendra bien des caisses de l’état, donc des poches des contribuables. Où est le gain ? A moins que cette formule alambiquée ne permette au futur gouvernement de diminuer drastiquement le budget du service public, car ses missions vont bien au-delà de la mission certes cruciale de « pluralisme et d’indépendance ». On peut donc légitimement s’inquiéter.

Alors pourquoi monsieur Macron est-il si pressé d’annoncer cette redevance, au point d’en faire le premier acte d’importance de son nouveau mandat ? Parce qu’il l’avait promis ?

Il a pourtant compris que s’il a été élu, bien nombreux sont ceux qui n'ont pas voté pour son programme, mais contre le programme de son adversaire.

Alors quoi ? Un cynique calcul électoraliste ? Ou un désir inavoué d’affaiblir durablement un service public qu’il trouve trop critique à son égard ?

Quelles que soient ses motivations, il est clair qu’une des premières actions pour s’opposer à cette décision serait d’empêcher LREM d’avoir une majorité à l’assemblée.

Documents
icoPaperclip32Dark COMMUNIQUECAPU2R.pdf
Consultez également
Pour un financement de la redevance juste et pérenne

Pour un financement de la redevance juste et pérenne

Le Sénat se prononcera le 1er août au soir sur la suppression de la redevance votée au...

29 juillet 2022
L'Audiovisuel public mérite un débat sérieux !

L'Audiovisuel public mérite un débat sérieux !

Tribune de l’intersyndicale de l’audiovisuel public et des organisations professionnelles du...

18 juillet 2022
Réalisation fiction - Etudes U2R sur les diffusions

Réalisation fiction - Etudes U2R sur les diffusions

Etat des lieux 2020/2021Les réalisateurs de fiction audiovisuelle, regroupés au sein du syndicat...

9 juin 2022
Présidentielle 2022 : que veulent les réalisateur·rice·s?

Présidentielle 2022 : que veulent les réalisateur·rice·s?

Les réalisateur·rice·s unis dans l’Intersyndicale - Garrd et U2R - interpellent les candidats à...

29 mars 2022
Les cinéastes ukrainiens au front

Les cinéastes ukrainiens au front

Pourquoi nous nous battonsProjection-rencontre Grand Action 26 mars 2022 19h30Depuis la brutale...

23 mars 2022